Oui. Encore Angoulème. Car Angoulème, ce ne sont pas pas seulement les 24h de la BD, les idées géniales qui fusent, le guronzan dans le café, la joyeuse camaraderie virile et les blagues de placenta.

Non. Angoulème c'est aussi José Muñoz, qui en roue libre pendant une heure, nous parle de son parcours, de ses débuts en Argentine, du carrelage de son grand-père, de Pratt, Breccia...


Et puis ça a été la remise des prix de la révélation blog au Pavillon Jeunes Talents (bravo à Aseyn et Goupil), suivie de la soirée Guitar Hero, sur grand écran, animée par MC Poipoipanda.
On se demandait un peu ce que ça foutait là, Guitar Hero au milieu de la BD, et on se disait qu'on était bien loin de Muñoz, de Pratt, de la narration séquentielle et des espaces inter-iconiques
Et puis après une bière, finalement la narration séquentielle ça va bien un moment, et Muñoz je le prends quand il veut sur "Free bird" en mode expert